Un clocher d’église qui cache bien son jeu

En déplacement

Une zone dite « blanche », un clocher d’église, un bourgmestre qui s’investit pour sa commune et un opérateur qui améliore son réseau inépuisable. Mélangez tout ça et vous obtenez un chantier plutôt insolite…

13.03.2019
Par Céline R

Fernelmont, une zone blanche ?

Au printemps 2016, lIBPT – le régulateur des télécoms - a publié une carte de couverture des réseaux en Belgique, ce qui a permis d’identifier les zones blanches. Il s’agit de 39 communes dont la couverture fixe en 30 Mbps ne dépasse pas les 60% et dont le territoire n'est pas couvert à 100% par la 4G.
Ces communes, toutes situées en Région wallonne, sont principalement des localités isolées où la densité de population est très faible. Pour connaître la liste des communes concernées, vous pouvez consulter le communiqué de presse disponible sur le site du SPF.

Pourquoi un clocher d’église ?

S’il est assez facile de comprendre l’importance d’améliorer la couverture réseau à Fernelmont, la question est la raison qui a poussé Orange a utilisé le clocher d’une église pour y installer sa nouvelle antenne.
Selon Joachim de Nayer, Telco Development Manager chez Orange, « le fait d’utiliser un bâtiment (ici une église) n’est pas une obligation juridique et ne fait pas partie du code de l’urbanisme – ce qui permet de gagner du temps (environ 130 jours) puisqu’un permis de bâtir n’est pas nécessaire . Chez Orange, nous mettons également un point d’honneur à intégrer nos sites dans le paysage. »
Ce n’est d’ailleurs pas la première fois qu’Orange utilise une église. « Même si les contraintes techniques sont souvent plus importantes et que l’investissement se révèle souvent plus onéreux, choisir une église permet très souvent d’installer notre antenne au centre des villages. Nous obtenons alors une excellente couverture ».
En parlant de contraintes techniques, elles sont multiples.
A l’intérieur d’un clocher, la place est restreinte, les accès sont parfois en mauvais état et il faut donc d’abord mettre en place la sécurité de nos équipes techniques.
Ensuite, les ardoises doivent être remplacées par des matériaux qui laisseront passer les ondes ; les faisceaux hertziens devant avoir une bonne propagation.
Enfin, certaines églises sont des bâtiments classés. Orange doit alors respecter des règles très strictes. Les démarches administratives sont alors assez lourdes, ce qui peut allonger la durée d’un chantier.
Dans le cas de Fernelmont, Joachim de Naeyer nous informe que l’acquisition du site a duré environ 1 an et le chantier seulement 3 semaines. « Il a fallu discuter avec la commune, vérifier la qualité radio des candidats, obtenir le dossier santé, signer le contrat de location et établi notre étude de stabilité ».
On s’en rend vite compte, l’installation d’un nouveau site n’est pas chose aisée et les démarches en amont sont en général très longues.

Fernelmont n’est plus une zone blanche

Depuis la mise en fonction du nouveau site d’Orange, la couverture sur Fernelmont s’est nettement améliorée.
La couverture 4G est passée à 99, 9% en extérieur et jusqu’à 85% en intérieur (avant 34%).
Comme le mentionne l’échevin des travaux et de la mobilité de Fernelmont, Vincent Dethier, « la couverture est devenue optimale ».
Si vous voulez en savoir encore plus sur la portée d’une antenne, vous pouvez consulter l’article très complet « Distance de propagation des fréquences des réseaux mobiles » (uniquement en français).

Découvrez la vidéo que nous avons tournée à Fernelmont sur notre chaîne YouTube