Trop de mails tuent l’email (et la planète) : agissons !

Vous explosez votre boîte mail chaque jour ? Lisez ce qui suit, vous allez mieux comprendre l'impact du mail sur l'environnement et pourrez ensuite appliquer nos précieux conseils pour avoir le mail... un peu plus vert ! 

18.09.2020
Par Cédric

Nos emails contribuent au réchauffement climatique. En cause : les gigantesques serveurs énergivores qui en assurent le transport chaque jour. Bonne nouvelle : on peut tous faire quelque chose pour réduire l’impact du mail sur la planète.

L'email en chiffres

Commençons d'abord par quelques statistiques intéressantes sur le courrier électronique. Cette technologie, inventée par Ray Tomlinson dans les années 60, a désormais envahi la planète. D'ailleurs, les chiffres d'utilisation de l’email sont vertigineux :

  • 5,59 milliards de comptes email sont actifs aujourd'hui;
  • 293,6 milliards d'emails sont envoyés et reçus chaque jour en 2019;
  • Nombre d'utilisateurs de l'email en 2019 : 4 milliards;
  • L'employé de bureau reçoit en moyenne 121 courriels par jour.

Quelle est l'empreinte carbone d'un mail ?

Contrairement aux apparences, l'empreinte carbone d'un email n'est pas négligeable. Voici quelques ordres de grandeur :

  • 0,3 grammes pour un email de spam;
  • 4 grammes pour un mail sans pièce jointe;
  • 11 grammes pour un email avec une pièce jointe de 1 MB (soit l'équivalent d'un sac plastique) ;
  • Jusqu'à 50 grammes pour un long email avec des pièces jointes.

Ces statistiques sur la consommation CO2 d’un mail sont issues du livre “How Bad are Bananas?: The Carbon Footprint of Everything“, publié par Mike Berners-Lee il y a quelques années. L'auteur n'est autre que le frère de Tim Burners-Lee, considéré comme l'inventeur de l'internet.

Comment un email peut-il polluer autant ?

Les statistiques et les scientifiques sont unanimes : l'email participe au réchauffement climatique. Pour mieux comprendre comment, il faut savoir que chaque donnée échangée sur internet est stockée dans des centres de données (ou datacenters), qui nécessitent énormément d'énergie pour fonctionner et être refroidis. C'est ce que l'on appelle l'empreinte carbone du stockage mail.

L'air de rien, ces "datacenters" sont responsables d'une quantité non négligeable de gaz à effet de serre, ce qui favorise le dérèglement climatique. C'est une forme de pollution silencieuse ou dormante.

Pourtant, tout le monde peut réduire son empreinte carbone en appliquant quelques gestes simples.

Les bonnes résolutions à prendre : nos conseils  

Pour réduire l'empreinte carbone d'un mail, il suffit de respecter quelques règles de bon sens.  

Moins de destinataires

Cela peut sembler ridicule, mais réduire le nombre de destinataires est un bon début. Non seulement, vous importunez moins de monde, mais surtout, vous diminuez la consommation d'énergie.

Moins de pièces jointes

Lorsque c'est possible, vous pouvez éviter d'envoyer une pièce jointe. La plupart du temps, vous pouvez d'ailleurs vous contenter d'un lien dans votre mail pour éviter d'envoyer des messages lourds (et donc polluants).

Concrètement, au lieu de joindre un fichier, utilisez par exemple un lien WeTransfer, que la personne utilisera si elle le souhaite uniquement. L’avantage : moins d’espace sur les serveurs et, après un certain temps, le fichier sera détruit définitivement, contrairement aux pièces jointes conservées longtemps.

Moins de fioritures aux signatures

S'en tenir à une signature de mail simplifiée, sans logo et sans image. Après tout, ce qui compte, c'est de savoir qui vous êtes et comment vous joindre.

Moins de mails dans la corbeille

Pour réduire le nombre de messages stockés sur des serveurs, vous pouvez vider la corbeille aussi souvent que possible. Certains services comme Gmail ou Hotmail permettent de le faire automatiquement après 30 jours par exemple. N'oubliez pas de vider le dossier "Envoyé", qui peut aussi contenir un grand nombre de messages bien souvent... inutiles.

Orange est de plus en plus vert

Nous n'en sommes pas peu fiers : pour la sixième année consécutive, Orange a été certifié et labellisé « CO2 Neutre ». Cela signifie - et certifie - que les bâtiments, le réseau et les shops Orange sont neutres en termes d’émissions de CO2. La neutralité CO2 fait partie de notre engagement en matière de développement durable.

Chez Orange, ce qu’on ne peut pas réduire, on le compense, par exemple en finançant, en Afrique, des projets locaux qui sont d’utilité publique et écologiquement responsables.

Je veux voir tous les efforts d’Orange en matière de développement durable!

Lisez également :

▶️ Recyclage de GSM ou smartphone : pourquoi c'est essentiel
▶️ 6 apps durables ou zéro déchet pour réduire votre empreinte écologique