#MyPhoneMyFriend: l’internet mobile et les kids

Fun

Gregory B. nous livre son expérience de l’internet mobile avec son fiston de 10 ans. Et quelques conseils au passage.

19.06.2014
Par Andy V

Après David, c’est au tour de Gregory de nous parler de son usage de l’internet mobile. Fan d’escalade, de Via Ferrata et de voyages d’aventure, Gregory est Product Manager chez Mobistar et l’instigateur du projet Safer Internet For Kids. Il nous a donc naturellement parlé de son expérience avec son fiston.
Comme beaucoup, j’utilise internet et les services connectés au quotidien. Être «en ligne» offre un tas d’avantages (gain de temps, disponibilité de l’info, auto-formation, communication rapide, shopping…), mais il convient de rester attentif. Surtout en tant que parent.
C’est avec mes 3 enfants (6, 8 et 10 ans), leur curiosité et leur soif de découvertes que les premières questions relatives à la protection des enfants se sont posées. Une logique s’est assez vite imposée: nous les laisserons tester, apprivoiser les différents outils mais nous leur fixerons des règles, des limites.

10 ans et sa première tablette

Pour ses 10 ans, nous avons offert à mon fils aîné sa tablette. Après avoir fréquemment utilisé la nôtre, il aspirait en effet à la sienne. Qui dit nouvelle tablette, dit accès à internet. Pour limiter un tant soit peu le type de contenu auquel il accède via le moteur de recherche, j’ai décidé d’activer l’option SafeSearch sur Google Chrome. Mais pour que ce SafeSearch s’applique dans tous les cas, il faut qu’un compte Google (à savoir une adresse gmail) lui soit associé.
Lui créer une adresse e-mail? Déjà? Je me suis dit que finalement, ce serait une bonne chose, mais qu’il lui faudrait encore quelque temps avant d’en maîtriser l’utilisation. J’ai donc décidé de lui créer son adresse de messagerie, mais en lui précisant que je ne lui communiquerais le mot de passe que plus tard.
Mon conseil pour la création de l’adresse e-mail d’un enfant: dites-en le moins possible sur qui il est! Pas de prénom/nom, de date de naissance ou s’il s’agit d’un garçon ou d’une fille. Choisissez lui un alias qui lui corresponde sans trop trahir qui il est. Nous avons réalisé cet exercice ensemble, mon fils et moi, et c’était très sympa de constater qu’il possédait déjà une certaine créativité. Un vrai plaisir!

L’activité la plus intense à cet âge: les jeux, bien entendu

Choisir un jeu sur l’un des stores et l’installer sur la tablette s’avère… un jeu d’enfant. Mais, selon moi, il convient de rester attentif à certains critères: le jeu doit être adapté à l’âge de l’enfant, il faut éviter l’In-App billing (vente de contenu additionnel au sein de l’application) source de frustrations ou de surcoûts non négligeables. Beaucoup de jeux sont gratuits, mais pas tous.
Pour éviter de donner mon numéro de carte de crédit, j’ai choisi de passer par le service Mobistar qui permet de payer ses apps/jeux via sa facture, sans surcoût. C’est super facile, mais il ne faut pas oublier de modifier ses paramètres car, par défaut, lorsque vous avez introduit votre mot de passe, Google ne vous le redemande plus pendant les 30 minutes qui suivent. Un laps de temps pendant lequel votre enfant peut faire son shopping à l’aise. Dans les paramètres, vous pouvez définir que le mot de passe vous soit demandé lors de chaque transaction…un gage de sécurité en plus.

Mon fils et Facebook

"Papa, je veux avoir accès à Facebook…des copains sont déjà dessus, ça a l’air super!". Facebook permet de maintenir un tissu social, de tuer le temps… c’est un peu la cour de récré virtuelle où on se tient au courant des nouveautés et on échange nos impressions du moment. Mais pour être sur Facebook, il faut avoir 13 ans. Le fiston devra donc attendre encore un peu.
Un dernier conseil: faites régulièrement référence à la vie réelle pour établir un lien qu’il comprendra plus facilement. Par exemple, si votre enfant se rend sur internet pour discuter avec des amis, il doit vous dire combien de temps il y passera et qui sont ses amis, tout comme quand il va jouer chez vos voisins…

La sécurité de vos enfants dans le monde digital demande surtout beaucoup de bon sens et passe par une éducation évoluant avec son âge.