Comment éviter la cybercriminalité ? Tout ce que vous devez savoir sur la cyberfraude !

Qu’est-ce que la cybercriminalité ? Quelles sont les formes de fraude internet ? Comment éviter le cybercrime ? Où signaler un problème ? Parcourez nos trucs et astuces pour accroître votre sécurité en ligne !

02.06.2021
Par Marleen V

Vous pensez à une série télévisée à suspense en entendant le mot cybercrime ? De nombreux chiffres révèlent pourtant que de plus en plus de Belges sont eux aussi victimes de fraude sur internet. En 2019, la Police fédérale a enregistré 32.943 cas de cybercriminalité, soit 29,2 % de plus que l’année précédente.

Les voleurs s’emparent en moyenne de 1.060 euros. Peu ou pas d’argent dans le meilleur des cas, mais quelques dizaines de milliers d’euros dans le pire des cas. Vous pensez que cela ne risque pas de vous arriver ? Faites le test !

OK, ça ne doit pas être si difficile que ça !

Qu’est-ce que la cybercriminalité ?

Il s’agit en fait de toute forme de criminalité digitale. Ne pensez pas que cela peut uniquement se produire via un site web ou un ordinateur. Ce malentendu a malheureusement la vie dure... Votre smartphone, votre carte bancaire, votre système domotique ou même votre voiture intelligente peuvent également être la cible de cybercriminels.

Lors d’une cyberattaque, les criminels dérobent toutes sortes de données personnelles : identifiants, numéro de permis de conduire, codes PIN, mots de passe de vos comptes en ligne... Grâce à ces informations sensibles, les voleurs peuvent retirer de l’argent de votre compte en banque, bloquer vos comptes sur les réseaux sociaux, acheter des produits chers sur Amazon avec votre carte de crédit, etc.

Vous soupçonnez que votre compte a été piraté, que des achats suspects sont effectués avec votre carte de crédit ou que quelqu’un se fait passer pour vous ? Agissez sans attendre !

  1. Il s’agit de votre carte de paiement ? Bloquez-la immédiatement via CardStop.
  2. Votre ordinateur (de travail) est en cause ? Déconnectez-le d’internet. Attention : n’éteignez pas l’ordinateur pour éviter d’effacer d’éventuelles traces.
  3. Déposez plainte dans un bureau de police près de chez vous.
  4. Signalez la cyberattaque via cert.be ou envoyez d’éventuels e-mails suspects à suspect@safeonweb.be.

Envie de savoir comment éviter le vol d’identité ? Jetez un coup d’œil à notre site web pour des astuces pratiques !

Oui, donnez-moi des conseils !

Comment éviter une cyberattaque ? En gardant à l’esprit la liste d’Orange !

Mais comment éviter la cybercriminalité ? Un bon pare-feu ou logiciel antivirus vous sera déjà d’une précieuse aide pour contrer une cyberattaque. Gardez aussi à l’esprit que les cybercriminels redoublent d’ingéniosité.

C’est pourquoi nous avons dressé pour vous l’Orange Cybercrime Watchlist (OCW) : une énumération pratique des principales formes de cybercriminalité. Et comme les criminels digitaux ne cessent de développer de nouvelles techniques, nous mettrons régulièrement cette liste à jour. Gardez un œil sur cette page !

Prêt ? Voici les 6 formes les plus courantes de cyberfraude : 

  1. Phishing
  2. Spearphishing
  3. Defacing
  4. Brandjacking
  5. Keylogger
  6. Salami Slicing
  7. Whaling
  8. Credential Stuffing
  9. Smishing

Phishing 

Le phishing (ou hameçonnage) est l’une des formes de cybercriminalité les plus connues. Un faux e-mail ou SMS (on parle alors parfois de smishing) vous attire sur un faux site web où on vous demande par exemple d’introduire les données de votre carte bancaire.

En 2020, il y a par exemple eu en Flandre un e-mail de phishing à propos d’une prime spéciale dans le cadre du coronavirus. L’e-mail émanait des autorités flamandes ou de l’administration fédérale. Même si l’e-mail – et le site web correspondant – paraissaient convaincants, il s’agissait d’un fake.

Certains clients d’Orange ont aussi reçu un faux SMS leur annonçant qu’ils avaient payé deux fois leur facture. Ils pouvaient demander le remboursement via un (faux) lien.

▶️ Conseil : en cas de doute, vérifiez toujours l’expéditeur de l’e-mail ou du SMS. Ne cliquez jamais sur des liens qui ne vous inspirent pas confiance !

Spear phishing 

Avez-vous déjà, un jour, reçu un coup de fil du directeur de votre banque ? Il y a peu de chances que cela arrive... Avec le spear phishing  (ou hameçonnage ciblé), les escrocs se font passer pour une personne haut placée dans une entreprise ou une organisation. Ils appellent ou envoient un e-mail aux victimes potentielles pour leur signaler un problème avec leur ordinateur, leur carte bancaire ou leurs données d’identité. La « solution » ? Simplement leur communiquer vos données personnelles par téléphone ou par mail.

▶️ Conseil : ne transmettez jamais vos identifiants ou codes secrets par téléphone.

Defacing 

Vous avez certainement déjà entendu que tel ou tel site web avait été piraté. Dans ce type d’attaque, les hackers empêchent par exemple l’accès au site web avec un ransomware (un logiciel spécifique) et essaient d’obtenir une rançon pour le rétablir. Ou ils tentent de voler des données sensibles, comme les résultats de test d’un laboratoire médical.

En cas de defacing (défacement, défaçage, barbouillage ou défiguration en français), le contenu des pages web est remplacé par un message ou un contenu activiste qui porte atteinte à l’image de l’entreprise.

▶️ Conseil : votre site a été piraté ? Signalez-le tout de suite via cert.be !

Brandjacking 

Imaginez que la Loterie Nationale vous appelle personnellement un matin pour vous apprendre que vous avez gagné le gros lot. Ils ont juste besoin des données de votre carte pour transférer ces millions sur votre compte.

Ou que Taylor Swift annonce en direct sur Facebook qu’elle offre 10.000 dollars à 500 heureux fans. Vous n’avez qu’une seule chose à faire : envoyer votre nom d’utilisateur et votre mot de passe sur « son » compte.

Deux excellents exemples de brandjacking : une forme de cybercriminalité dans laquelle les cyber arnaqueurs se font passer pour une entreprise connue, une grande marque ou une célébrité. Et comme nous avons tendance à faire confiance à ces grands noms, le brandjacking arrive malheureusement souvent à ses fins.

▶️ Conseil : ne partagez jamais votre nom d’utilisateur et votre mot de passe avec des inconnus.

Keylogger 

Parmi tous les malwares et logiciels malveillants, les keyloggers (enregistreurs de frappe) sont un véritable cauchemar. Ces programmes enregistrent ce que vous tapez sur votre clavier, comment vous utilisez votre souris et, dans les formes les plus sophistiquées, font même des captures d’écran. Les données sont ensuite envoyées à une tierce partie.

Bien que ces voyeurs virtuels soient de véritables plaies, ils ne sont pas illégaux : les entreprises peuvent par exemple les utiliser pour s’assurer que leur personnel ne fait fuiter aucune information confidentielle.

Mais entre de mauvaises mains, un keylogger peut occasionner de fameux dégâts. Il suffit de penser à tout ce que vous faites via votre ordinateur…

▶️ Conseil : utilisez un antivirus sur votre ordinateur et vérifiez régulièrement qu’il n’y ait pas de programmes suspects.

Salami Slicing 

Vous remarquez soudain qu’il manque 1.200 euros sur votre compte ce mois-ci ou que vous avez dépensé exactement 100 euros de plus par mois pendant un an ? Dans cette attaque appelée salami slicing ou saucissonnage, les arnaqueurs procèdent par petites sommes.

Plutôt que de prélever en une fois un gros montant de votre compte bancaire, ils volent chaque fois des petits montants. Ils comptent sur le fait que ce sera moins visible – ce qui est généralement le cas – et qu’ils pourront voler plus d’argent.

▶️ Conseil : vérifiez toujours vos dépenses. Vous voyez un paiement suspect ? Faites bloquer votre carte et/ou changez le mot de passe de votre fournisseur de paiement en ligne, comme PayPal.

Whaling 

“Coucou maman, c’est moi !. Je t’envoie ce message via le téléphone d’un ami parce que le mien vient de me lâcher. Peux-tu me prêter 1.000 euros ? C’est super urgent, je te les rembourse plus tard. À tout à l’heure !”

Ça paraît suspect ? Bien vu ! Dans une attaque de whaling (aussi appelée arnaque au président, chasse à la baleine ou chasse aux gros poissons), vous recevez un message d’un numéro inconnu, généralement via WhatsApp. Les escrocs se font passer pour un proche et affirment avoir besoin d’argent de toute urgence. De plus, le smartphone du proche en question vient de le lâcher (ou d’être volé) et il utilise soi-disant le GSM d’un ami. 

Ce type de cybercriminalité est malheureusement de plus en plus fréquent et il inquiète sérieusement les autorités. À lui seul, le Parquet d’Anvers a par exemple enregistré 250 plaintes de whaling en 2020, dans lesquelles les victimes ont été flouées en moyenne de 5.000 euros. 

▶️ Conseil : convenez avec votre famille de ne jamais vous demander de l’argent par SMS ou WhatsApp. Vous recevez quand-même ce type de message de votre soi-disant enfant, partenaire ou meilleur ami ? Appelez immédiatement la personne en question - au numéro repris de votre répertoire  - pour vérifier ce qu’il en est.

Credential Stuffing

Au printemps 2021, Facebook a été victime d’une importante fuite de données : plus d’un demi-milliard d’identifiants ont été publiés sur internet. Mais que font les escrocs de ces données ?

Le credential stuffing (également appelé bourrage d’identifiants) est une possibilité. Les escrocs utilisent votre nom d’utilisateur et votre mot de passe pour se connecter à d’autres sites sensibles. S’ils y parviennent, ils peuvent dérober d’importantes informations personnelles comme vos numéros de cartes, votre numéro de compte et d’autres codes importants.

▶️ Conseil : utilisez toujours un mot de passe unique. Même si l’un de vos comptes est piraté, les dégâts resteront limités.

Smishing    

Il vous est déjà arrivé de recevoir un SMS d’un numéro inconnu vous annonçant que votre colis bpost était en route et que vous pouviez suivre votre commande via le lien joint ? Même si vous n’aviez rien commandé ? Alerte ! Le smishing est un terme relativement neuf qui fait référence au ‘phishing par SMS’ : les escrocs envoient aux victimes potentielles un message venant soi-disant d’une entreprise fiable.

Comme cela se fait par SMS, de nombreuses personnes se montrent moins vigilantes et cliquent sur le lien. Et c’est exactement ce qu’espèrent les cybercriminels…

▶️ Conseil : vérifiez toujours qui est l’expéditeur. Bpost envoie par exemple uniquement des SMS via le numéro 8152. Vous recevez un SMS venant d’un autre numéro ? Supprimez-le immédiatement ! Et ne partagez jamais de mots de passe ni d’autres informations sensibles. Vous doutez de l’authenticité du message ? Contactez l’expéditeur par e-mail ou via le numéro de téléphone général, mais ne répondez jamais à des numéros suspects.

Protégez-vous contre la cybercriminalité : 5 astuces pratiques

Nous luttons avec vous contre le cybercrime ! En suivant ces quelques conseils pratiques, vous serez plus en sécurité sur votre smartphone, votre tablette et votre ordinateur (portable). Envie d’en savoir plus ? Consultez vite notre page sur la cybersérénité !

  1. Le même mot de passe pour tous vos comptes ? No-no-no ! Si des hackers piratent votre compte, ils essaieront toujours ce mot de passe sur d’autres comptes. En choisissant le même mot de passe, vous vous rendez encore plus vulnérable.
  2. Vérifier qui est l’expéditeur d’e-mails inconnus ? Go-go-go ! Ne répondez jamais à des e-mails émanant de personnes ou d’organisations que vous ne reconnaissez pas.
  3. Envoyer des photos sexys à cet étranger sur Tinder ? No-no-no ! N’envoyez jamais rien de sensible à des gens que vous connaissez (à peine). Votre photo pourrait tomber entre les mains d’un catfish (un escroc qui crée un faux profil dans le but de vous séduire) ou d’une personne malintentionnée…
  4. Sensibiliser vos enfants à la sécurité sur leur smartphone ? Go-go-go ! Installez par exemple ensemble une app qui protège l’appareil contre les malwares.
  5. Continuer à vous informer sur la cybersécurité ? Go-go-go ! Les cybercriminels cherchent sans cesse de nouveaux moyens pour accéder aux données personnelles ou sensibles. Un surfeur informé en vaut deux !

Où faire le plein d’infos ? Auprès du Centre pour la Cybersécurité Belge. Vous y trouverez une foule de conseils pertinents pour améliorer encore davantage votre sécurité sur internet.

Oui, je veux mieux me protéger contre la cybercriminalité ! Montrez-moi comment assurer ma sécurité dans le monde digital.

Lisez aussi :

▶️ Comment déclarer le sinistre de votre smartphone auprès de l’assureur ? 
▶️ Les applications Orange Belgique essentielles pour votre smartphone

▶️ Que faire si on perd son smartphone ou s'il a été volé ?