La 4G va vous apporter...

En déplacement

De plus en plus de smartphones et tablettes sont équipés de la 4G. Ca signifie ? Que vous pourrez, entre autres, surfer et télécharger des fichiers sur le Net encore plus vite. Comment en est-on arrivé là et à quel point la 4G révolutionnera-t-elle votre surf mobile? On vous dit tout!

20.11.2012
Par Simon V

Au départ, il y avait le GSM, la «1G» en somme.

Pour se connecter à Internet, à cette époque du WAP, il fallait composer un numéro mobile qui ensuite vous branchait à des sites rudimentaires. Deux technologies ont ensuite fait leur apparition sur les antennes GSM. D'un côté, le GPRS (General Packet Radio Services), la 2G, a permis de se connecter à Internet depuis son téléphone sans passer par une communication téléphonique ; vitesse maximale : 50 kb/s. De l'autre, EDGE, la 2,5G, qui a évolué à 200 kb/s.

EDGE est toujours utilisé aujourd'hui en complément de ce que l'on appelle la 3G et qui a nécessité la construction de nouveaux réseaux avec de nouvelles antennes. Au départ, la 3G était limitée à 400 Kbps. Elle peut aujourd'hui atteindre 3, 9, 12 voire 20 ou 40 mégas. C'est ce que l'on appelle la 3G+ et sa version la plus récente, la H+.

La 4G / LTE

Les opérateurs belges se préparent pour la prochaine étape : la 4G LTE. Ce réseau est «100 % IP», terme un peu barbare qui signifie simplement qu'il ne permet pas de téléphoner, mais servira à se connecter à Internet ou à faire de la VoIP (la voix sur IP, c'est Skype par exemple).
Avec la 4G, tout ira plus vite grâce à un débit jusqu’à 10 fois plus rapide qu’en 3G. On pourra parler de performances bien plus élevées, comparables à celles que nous connaissons aujourd'hui avec le câble ou l'ADSL/VDSL. Les vitesses démarrent à 20 mégas par seconde, mais pourront atteindre 150 mégas dans un avenir assez proche.  Bref, ça décoiffe!
Quelques exemples :

Télécharger un fichier de 5 mégas en 3G: 8 secondes à 2 minutes. En 4G: 1 seconde.
Télécharger un album de musique de 100 Mb en 3G: entre 1 et 20 minutes. En 4G: 20 secondes.
Télécharger un film HD de 5 Go en 3G: de 50 minutes à 4 heures. En 4G: 20 minutes environ.

Pour quoi faire?

Cette performance permettra de faciliter l'utilisation du multimédia sur son téléphone mobile : échanges vidéo sans saccade, télévision mobile, radios web dans la voiture sans coupures intempestives, jeux en réseau, surf ultra-rapide sur une variété d'appareils, dont les tablettes et les ordinateurs portables.
La télévision mobile existe déjà depuis EDGE. La télévision en 4G sera forcément HD, comme lorsque vous utilisez un appareil sur un réseau Wi-Fi à la maison. Il sera également possible de jouer en réseau sans devoir télécharger d'applications, via Internet. C'est ce que l'on appelle le «cloud gaming», le jeu en réseau adapté aux consoles portables.
Vous l'avez compris. Avec la 4G, on va véritablement pouvoir profiter d'Internet sur son mobile comme on a appris à le faire à la maison et au bureau, sans attendre, sans ralentissement intempestif. Et tout cela où qu'on soit, pourvu que la couverture 4G soit disponible. Elle le sera naturellement dans un premier temps dans les grandes villes.
Il existe une grande variété de fréquences et de réseaux dans le monde. Cela n'est pas sans poser certains problèmes : par exemple, le nouvel iPad lancé par Apple l'été dernier n'est pas compatible avec la 4G belge. L'iPhone 5, oui. Tout comme le Lumia 920 de Nokia.

Un test grandeur nature à Anvers

Mobistar a lancé voici quelques mois un projet pilote dans la ville d'Anvers, où tout le centre de la ville est entièrement équipé en 4G. L'objectif : recueillir les impressions des clients sur cette nouvelle technologie. Leurs expériences de la 4G en vidéo sont disponibles sur www.desnelsteantwerpenaar.be. La ville d'Anvers étant située en région flamande, le site n'est pas disponible en français.
Pourquoi pas dans la capitale ? Pour des raisons de normes régionales très strictes d'émission des ondes, il sera impossible aux opérateurs de déployer la 4G à Bruxelles à court terme.

Le réseau Orange