De l'intelligence artificielle dans votre smartphone

Tech

Huawei voulait être le premier constructeur à intégrer une puce IA (intelligence artificielle) dans un smartphone. Il l'a fait avec son nouveau Mate 10. Mais ça va changer quoi ?

05.12.2017
Par Céline R

Le Huawei Mate 10 Pro est là. Il est le premier appareil de la marque chinoise à embarquer le fameux processeur Kirin 970, présenté en septembre dernier à Berlin à l'occasion de l'IFA, la grand-messe du high tech. Sa particularité ? Une puissance de calcul mobile dopée à l'intelligence artificielle. La puce collecte en permanence trois types de données : votre localisation, ce que vous êtes en train de faire et qui vous êtes.

L'air de rien, ces évolutions sont tellement importantes qu'elles permettent désormais de reproduire un certain nombre de fonctions du cerveau en apprenant : une puce de ce type est en effet l'équivalent de 130.000 neurones et plus de 130 millions de synapses. C'est colossal !

Concrètement, ça change quoi ?

Jusqu'ici, pour faire tourner Siri, Google Now ou Bixby (Samsung), votre téléphone faisait appel au cloud via sa connexion internet (3G/4G ou Wi-Fi). Sans cela, votre téléphone se déchargerait en quelques dizaines de minutes.  Avec la puce Kirin 970, ces données sont déjà disponibles dans l'appareil et il faut ainsi faire moins appel au cloud pour récolter des informations.

Ainsi, si vous êtes à Bruxelles, pas besoin de demander s'il faut prendre un parapluie. Votre smartphone le sait et peut vous prévenir sans qu'il faille poser de questions. Il sait aussi si vous êtes chez vous, au bureau, dans la voiture ou le tram.

Le traitement local des données rend moins nécessaire l'interrogation de l'intelligence artificielle dans le cloud, ce qui entraîne une consommation moins énergivore des applications comme la reconnaissance vocale, la réalité augmentée et même la photographie. L'intelligence artificielle peut désormais appliquer des réglages et traitements de manière naturelle sans mobiliser toute l'énergie du téléphone.

Outre les smartphones, les puces de nouvelle génération vont rapidement se retrouver dans les objets connectés et même les véhicules autonomes. Les voitures et les camions ne devront plus forcément passer par une connexion internet (ou moins souvent) pour accomplir certaines tâches intelligentes. Résultats : plus de sécurité, une plus grande autonomie et, surtout, moins de consommation d'énergie (tout bon pour la planète).